Accueil            L histoire du Reiki

HISTOIRE DU REIKI

 

Voici l’histoire du Reiki telle que la racontait le Grand Maître Hawayo Takata.

 

Le fondateur du Reiki est le Dr. Mikao Usui.  Il était président d’une petite université chrétienne à Kyoto au Japon, l’université de Dorshisha.  Il était aussi Ministre du culte.  Au début d’un service du dimanche pendant l’année scolaire, un étudiant de dernière classe, sur le point de passer son examen final leva la main et demanda: « Acceptez-vous le contenu de la Bible littéralement » - le docteur approuva.  L’étudiant poursuivit: « Dans la Bible, il est dit que Jésus guérissait les malades, qu’il guérissait en touchant les plaies et qu’il marchait sur l’eau.  Vous acceptez ceci tel que c’est écrit. L’avez-vous jamais vu se réaliser?»

 

Le docteur lui répondit que bien qu’il n’ait jamais vu une guérison par l’imposition des mains, ni personne marcher sur l’eau, il l’acceptait et qu’il le croyait.  L’étudiant continua: « Pour vous, Dr. Usui, cette sorte de foi aveugle est suffisante parce que vous êtes avancé en âge et que vous vivez de certitudes. En ce qui nous concerne, nous qui sommes au début de notre vie d’adulte et qui sommes dans le cheminement de nous interroger et de réfléchir, cela ne suffit pas.  Nous avons besoin de voir avec nos yeux ».

 

Une graine avait été semée.  Le lendemain, le Dr. Usui remit sa démission en tant que président de l’université de Dorshisha et parti à  la quête de la réponse à cette question.

 

Il se rendit aux Etats-Unis, plus précisément à l’université de Chicago où il étudia la théologie et obtint un doctorat en écritures. Il pensait ainsi découvrir le secret de Jésus et de ses disciples pour guérir les malades par l’imposition des mains.  Il ne trouva pas ce qu’il cherchait.

 

Il savait aussi que dans la tradition bouddhique, le Bouddha avait le pouvoir de guérir en imposant les mains. Il décida donc de retourner au Japon pour découvrir ce que le Bouddhisme pouvait lui apprendre. Il visita plusieurs  monastères en posant cette question.  Invariablement, il recevait la même réponse: « Nous sommes trop occupés à soigner les âmes pour nous soucier de guérir les corps. »


Finalement, il rencontra un vieil abbé d’un monastère Zen qui s’intéressait à cette question.  Dr. Usui demanda à être admis au monastère pour étudier les écritures bouddhiques, les Sûtras, pour y découvrir le secret de la guérison par l’imposition des mains.  Il y fut admis et ainsi commença son étude.  Il étudia les traductions japonaises des écritures bouddhiques, mais ne trouva pas les explications qu’il cherchait.  Il apprit le chinois afin d’avoir accès à un plus grand nombre d’écrits bouddhiques, sans plus de succès.  Il décida d’apprendre le sanskrit, la  langue ancienne, afin de pouvoir lire les écritures bouddhiques originales et avoir accès  à ces écrits qui n’avaient jamais été traduits en aucune autre langue.

 

Il trouva ce qu’il cherchait dans des enseignements qui avaient été pris en notes par quelque disciple inconnu, alors même que Bouddha parlait.  Dr. Usui découvrit la formule, les symboles et la description de la façon dont bouddha s’y prenait pour guérir.

 

Cela lui aura pris 7 années pour trouver ce qu’il cherchait. Du moins en partie.  Car bien qu’il avait la connaissance, il n’avait pas reçu le pouvoir de guérir. 

 

Il décida d’aller méditer sur la montagne sacrée du Japon, le mont Kura Yama à environ 27 kilomètres à la recherche de ce pouvoir.  Il médita pendant 21 jours. 

 

Le premier jour, il plaça devant lui 21 petits cailloux et à chaque journée qui passait, il en rejetait un.  Le 21e jour,  le Dr. Usui remarqua dans le ciel un faisceau de lumière qui se dirigeait vers lui.  Bien qu’il eut peur, il ne bougea pas.  Il fut heurté par une boule de lumière d’une très grande intensité. Puis, dans une succession rapide, il vit les symboles qu’il avait découverts au cours de ses études défilés devant lui comme des bulles de lumière: les clés des méthodes de guérison de Bouddha et de Jésus.  Quand la transe prit fin, le Dr. Usui ne sentait plus ni la fatigue, ni l’ankylose, ni la faim comme c’était le cas quelques minutes auparavant.

 

Au cours de cette même journée, il manifesta ses premiers miracles.  Il :

q       Arrêta l’hémorragie de son gros orteil en descendant de la montagne;

q       Guéri le mal de dent de la fille du propriétaire du restaurant où il prit son déjeuner ; et

q       Soulagea l’abbé de sa douleur due à une pénible crise d’arthrose

 

Il se rendit dans un camp de clochards et y travailla pendant 7 ans à guérir les clochards de leurs maladies.  Il envoyait tous ceux qui étaient jeunes et capables se chercher du travail.  Au bout de sept ans, il commença à voir revenir au camp ceux qu’il avait aidés dans le même état où il les avait trouvés auparavant.  Il leur demanda pourquoi ils étaient revenus au camp et ils répondirent qu’ils préféraient leur ancienne façon de vivre.

 

Il réalisa qu’il avait soigné les maladies physiques du corps mais qu’il n’avait pas enseigné l’esprit de vie ou une nouvelle façon de vivre.  Il quitta le camp de clochards et se mit à enseigner à ceux qui souhaitaient en savoir plus.  Il leur apprit à se guérir eux-mêmes et leur donna les principes du Reiki pour les aider à guérir leur esprit.    Et c’est ainsi que naquirent les principes de vie du Reiki.

 

q       Aujourd’hui, je ne me ferai pas de souci

q       Aujourd’hui, je ferai honnêtement mon travail

q       Aujourd’hui, je ne me mettrai pas en colère

q       Aujourd’hui, je respecterai tous les êtres, je serai aimable envers tous

q       Aujourd’hui, je serai reconnaissant pour mes nombreuses bénédictions

 

Il enseigna à Chijuro Hayashi, officier de marine retraité et l’initia au Reiki.  Il devint l’un des plus proches collaborateurs du Dr. Usui.  Il lui succéda et devint le second Grand Maître dans la lignée traditionnelle.

 

C’est en 1935 qu’une jeune femme d’Hawaii, Hawayo Takata, se rendit au Japon pour être opérée d’une tumeur.  Cependant, alors qu’elle était à l’hôpital, et se préparait à être opérée, elle sut qu’il devait y avoir une autre voie.  Une infirmière, à qui elle posa la question lui répondit que oui, elle pourrait se faire guérir par le Reiki mais qu’elle devrait rester au Japon pour une période prolongée.  Elle fut donc admise dans la clinique du Dr. Hayashi.

 

Au cours de ses expériences et de son traitement à la clinique, la maladie de Madame Takata régressa tandis que grandit son désir d’apprendre le Reiki.  Alors que son traitement tirait à sa fin, elle demanda à être admise dans une classe de débutants. On le lui refusa.  À ce moment, elle réalisa qu’elle devait faire preuve d’un grand engagement envers le Reiki.  Elle alla trouver le Dr. Hayashi et lui fit part de ce qu’elle ressentait et de sa volonté de rester au Japon aussi longtemps que nécessaire. Il consentit alors à commencer sa formation.

 

Pendant une année, Madame Takata et ses deux filles demeurèrent au Japon avec la famille d’Hayashi apprenant le Reiki et le pratiquant chaque jour auprès d’Hayashi.  Quand les deux sentirent que sa formation était terminée, Madame Takata retourna à Hawaii avec le don de guérir.

 

Vers l’âge de 74 ans et ce, selon les instructions du Dr. Hayashi, Madame Takata commença la formation d’autres Maîtres de Reiki.  Lorsqu’elle quitta ce monde, en décembre 1980, vingt-et-un Maîtres avaient été initiés aux États-Unis et au Canada.

 
 
 
 
_______________________________________________________________________________
 
 
Accueil      Nouveauté     Biographie    Qualifications et Affiliations    Vision    Mission    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Site Web fabriqué avec l'outil de création de site web rvSitebuilder | Hébergement de site Web par DesMondes.com